Iranienne condamnée à la lapidation : « aveux » inquiétants, exécution imminente ?

Publié le par flammesdumonde

Je vous parlais dans un récent article de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, Iranienne de 43 ans, veuve et mère de deux enfants, emprisonnée depuis 2005. En 2006, elle fut condamnée et reçut 99 coups de fouet pour avoir entretenu une « relation illégale » avec deux hommes après la mort de son mari. Par la suite, elle restera en prison et sera accusée d’avoir eu une relation adultère avant le décès de son époux, des aveux qui lui ont été soutirés par la violence et qu’elle a aussitôt niés. Des paroles qui l’ont automatiquement condamnée à la mort par lapidation.

Suite à la forte mobilisation qui s’est créée afin de défendre cette femme, les autorités iraniennes avaient mis en sursis cette condamnation. Mercredi 11 août, nouveau rebondissement, Sakineh Mohammadi-Ashtiani a avoué dans un enregistrement diffusé à la télévision d'Etat iranienne, les faits qui lui sont reprochés. Elle reconnaît, la voix tremblante, avoir eu une liaison avec un cousin de son époux et avoir accepté le plan qu’il lui avait proposé pour assassiner ce dernier. Elle déclare également avoir assisté au meurtre de son époux. Cette vidéo a été diffusée lors d’une émission politique alertant sur la «propagande des médias occidentaux» dénoncée par la République islamique.

 

Battue et torturée pour la pousser à "avouer"

Un des avocats de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, Me Houtan Kian, a immédiatement dénoncé des aveux extorqués sous la violence. «Elle a été sévèrement battue et torturée jusqu'à ce qu'elle accepte de comparaître devant la caméra», a-t-il expliqué au Guardian. Me Mohammad Mostafaei, son autre avocat, contraint à s’exiler en Norvège suite aux pressions des autorités iraniennes, partage le même avis : «Sa vie est entre les mains des gens qui ont le pouvoir en Iran et, quoi qu'ils cherchent, ils peuvent l'obtenir. C'est monnaie courante pour la télévision iranienne de diffuser des mensonges.» Amnesty International a condamné le «mépris total du système judiciaire» de Téhéran.

Voilà une vidéo de très mauvais augure. D’après les défenseurs de cette femme, ces « aveux » pourraient signifier son exécution imminente. «Ce ne serait pas la première fois que l'Iran tuerait une victime innocente sur la base de ses aveux forcés diffusés à la télévision – c’est arrivé à de nombreuses reprises dans la première décennie de la Révolution islamique», a commenté Mina Ahadi, du Comité international contre la lapidation et les exécutions (CIAS).

 

Signez la pétition pour libérer Sakineh Mohammadi-Ashtiani

http://freesakineh.org/fr/

 

Sources

http://www.guardian.co.uk/world/2010/aug/12/sakineh-mohammadi-ashtiani-confesses-murder-iran

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Sakineh-Mohammadi-Ashtiani.-Lapidation-imminente-205967/

Publié dans Traditions

Commenter cet article